Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Un jour, le président américain Barack Obama a déclaré : "Vous pouvez juger une nation et son succès, en fonction de la façon dont elle traite ses femmes et ses filles."

Il est difficile de croire qu'au XXIe siècle, les hommes bénéficient plus souvent de promotions que les femmes - et quand ces dernières atteignent le sommet, elles ne sont toujours pas aussi bien payées que leurs homologues du sexe masculin.

Le dernier Rapport mondial sur l'écart entre les sexes du Forum économique mondial, qui examine l'écart entre les hommes et les femmes, fait remarquer que de nombreux pays ont reculé l'année dernière dans l'indice mondial de l'écart entre les sexes, qui mesure les différences entre les hommes et les femmes dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'économie et de la politique.

Cela signifie qu'à l'échelle mondiale, 2017 a été pire que 2016. C'est la première fois que l'indice a connu un tel glissement depuis le commencement de la mesure de l'écart entre les sexes, il y a plus d'une décennie.

Si le renversement est dû à une série de facteurs spécifiques aux pays mesurés, le rapport met en évidence la situation dans l'industrie et le monde des affaires, où des femmes aussi bien qualifiées que les hommes n'ont pas une chance égale d'avancer.

Il s'agit certes d'un seul rapport, mais il n'y a pas de pénurie de preuves sur l'écart entre les sexes. Globalement, les femmes gagnent environ les trois quarts de ce que gagnent les hommes et, au vu des ratios actuels, cet écart ne sera pas comblé avant la fin du siècle, selon un rapport du Fonds des Nations Unies pour la population.

Si l'écart en termes de participation entre les hommes et les femmes pouvait être réduit d'un quart, cela augmenterait la production économique mondiale de 5,3 milliards de dollars américains, selon les estimations l'Oganisation Internationale du Travail (OIT). Cela équivaut à la moitié de la production économique de la Chine, deuxième économie mondiale après les États-Unis.

Cette disparité signifie que beaucoup des esprits les plus brillants du monde ne réalisent pas leur potentiel. Selon un document de recherche qui s'intéresse de front à la question, le fait d'être un homme vous rend plus susceptible de devenir un chercheur principal dans un projet de recherche, et la même tendance se manifeste aux échelons les plus élevés en milieu universitaire.

Le monde doit travailler ensemble pour créer une "nouvelle normalité", où les femmes et les hommes sont sur un pied d'égalité.

À SciDev.Net, nous avons lancé une série d'articles intitulés Modèles, qui visent à soutenir les femmes scientifiques à succès. Nous interrogeons les femmes au sommet de leur art pour mieux connaître leur discipline scientifique, exposer les obstacles qu'elles ont dû surmonter pour y arriver et mettre en lumière leurs idées sur la façon de se rapprocher de l'objectif de l'égalité des sexes.

Lors des Journées européennes du développement de cette année, un forum annuel de développement organisé à Bruxelles et consacré pour la première fois spécifiquement à la lutte contre l'inégalité entre les sexes, j'ai interrogé une spécialiste indienne de la technologie, âgée de 26 ans sur la question et j'ai été impressionné par sa force de conviction.

"Présenter des modèles de femmes, c'est très important", a-t-elle dit. "Nos manuels scolaires parlent encore d'Einstein et de Newton et Marie Curie... nous ne parlons jamais des femmes scientifiques actuelles."

Shwetal Shah n'est pas encore au sommet de son art, dans sa spécialité. Mais les idées qu'elle a sur le genre font d'elle un modèle parfait. Et je dois dire que je suis complètement en accord avec elle.

Thèmes apparentés