Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] Selon des experts, les pays africains subissent de plein fouet les conséquences environnementales et sociales négatives de l'exploitation minière, qui méritent une attention particulière.

Les experts estiment que les scientifiques devraient évaluer la situation, fournir des explications scientifiques crédibles et conseiller les décideurs sur les actions nécessaires.

Ann Therese Ndong-Jatta, directrice du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est, affirme que le continent est doté d'un potentiel énorme en richesses minérales, mais les opinions divergent sur l'importance de l'exploitation minière comme source de richesse et de protection de l'environnement et de la santé des communautés.
 
"Dans de nombreux pays africains, les conséquences environnementales et sociales de l'exploitation minière sont devenues de lourds fardeaux parce qu'elles ont été négligées ou ignorées par l'industrie minière et les gouvernements", a-t-elle déclaré aux participants à une réunion tenue au Kenya, le mois dernier (10-11 avril) sur les impacts environnementaux et sanitaires des mines abandonnées en Afrique subsaharienne.

Que ce soit au Cameroun, au Ghana, au Nigeria ou en Afrique du Sud, le problème est le même et tant que nous ne le traiterons pas, nous resterons assis sur une bombe à retardement.

Veronica Ngure, Université de Laikipia, Kenya

Par exemple, l'Afrique du Sud a du mal à s'attaquer aux stigmates de décennies d'activités minières. En République démocratique du Congo, la situation est alarmante à un tel point que l'impact environnemental et social de l'exploitation minière constitue un obstacle majeur à l'établissement de la confiance nécessaire à une croissance économique soutenue, a ajouté Ann Therese Ndong-Jatta.

La réunion a rassemblé 25 scientifiques du Cameroun, de Côte d'Ivoire, du Ghana, du Kenya, du Mali, de Namibie, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, d'Afrique du Sud, de Tanzanie, d'Ouganda, de la République Tchèque, de France et de Suisse, avec comme objectif d'évaluer les impacts environnementaux et sanitaires des mines abandonnées en Afrique subsaharienne.

"Il est important d'évaluer rigoureusement et précisément la situation, car dans de nombreux pays, nous ne connaissons pas l'ampleur réelle de la pollution du sol et de l'eau", explique Ann Therese Ndong-Jatta. "Nous ne connaissons pas non plus l'impact de cette pollution sur la chaîne alimentaire, et enfin, nous ne connaissons pas les conséquences sur la santé des animaux et des humains."

Abraham Mwesigye, spécialiste de l'environnement au département de biologie forestière et de gestion des écosystèmes de l'Université Makerere en Ouganda, estime que l'Afrique a beaucoup de mines abandonnées qui posent la question de la contamination de l'environnement.

"L'industrie minière en Afrique est principalement composée de minéraux et de métaux tels que le fer, le cuivre, le cobalt, le nickel et le cadmium, qui sont des contaminants environnementaux", précise-t-il.

Les gens qui vivent dans les zones minières, poursuit-il, produisent de la nourriture à partir de sols contaminés, utilisent de l'eau remplie de déchets toxiques miniers et beaucoup souffrent de maladies comme le cancer, les ulcères et autres complications gastriques.

L'exploitation minière affecte la rentabilité de la production agricole, parce que les produits chimiques qui pénètrent dans le sol réduisent la fertilité et la productivité. Elle libère également des produits chimiques tels que le mercure dans les plantes, les rendant impropres à la consommation.

"Chaque jour, les gens mangent des aliments contaminés et boivent de l'eau toxique", explique Abraham Mwesigye à SciDev.Net.

La science a donc un rôle à jouer dans la production de connaissances car, dans de nombreux cas, les gens ne sont pas conscients des dangers miniers. "Notre rôle est de faire de la recherche, de générer des résultats et de les présenter aux décideurs afin qu'ils réagissent", dit-il.

Veronica Ngure, chef du département des sciences et technologies biologiques et biomédicales de l'université de Laikipia au Kenya, qui a mené des recherches sur les mines d'or de Macalder, dans l'ouest du pays, estime que les résidus miniers abandonnés - ce qui reste après l'extraction de l'or - ont des conséquences majeures sur la santé, comme le ralentissement de la croissance et du développement du cerveau des enfants exposés au plomb.

Elle ajoute que certains produits chimiques tels que le cadmium sont associés à des maladies pulmonaires. "Nous avons un gros problème qui n'est pas résolu. Lorsque les gens sont exposés à tous ces éléments à travers la chaîne alimentaire, ils souffriront à long terme de maladies chroniques associées à la pollution de l'environnement", explique-t-elle.

Les effets négatifs des résidus miniers affectent de nombreuses régions d'Afrique, car leurs éléments toxiques pénètrent dans les systèmes d'eau et les sols et, finalement, dans la chaîne alimentaire.

"Que ce soit au Cameroun, au Ghana, au Nigeria ou en Afrique du Sud, le problème est le même et tant que nous ne le traiterons pas, nous resterons assis sur une bombe à retardement de maladies [induites par les mines]", explique-t-elle à SciDev.Net.

Cet article a été rédigé par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net