Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[ACCRA] Jusqu’à un passé récent, pour les cours de technologies de l'information et de communication (TIC) au Betenase M/A Junior high school (JHS) de Sekyedomase, localité située à 337 km de la capitale Accra (Ghana), les élèves n’avaient que des cahiers, stylos et crayons pour cette leçon qui portait pourtant entièrement sur l'utilisation de l'ordinateur.
 
Comme il en avait pris habitude, Richard Appiah Akoto, le professeur, devait dessiner l'interface Microsoft Word au tableau pour permettre à ses élèves d'avoir une idée du fonctionnement de l'ordinateur et leur faciliter la compréhension de la leçon.
 
"J'essayais toujours de leur donner une image de ce que cela aurait été s'ils étaient devant un ordinateur et je m’assurais qu'ils comprenaient tout ce que j'enseignais", dit-il.
 

“L'innovation de Richard dans l'enseignement des TIC, malgré le fait qu'il n'eût pas d'ordinateur, n'était pas seulement une source d'inspiration pour nous, mais aussi une bonne leçon sur la priorité qui doit être accordée aux élèves en toutes circonstances”

Lillian Nganda, directrice des communications, Microsoft Afrique subsaharienne

 
Lors d'une de ces leçons en février 2018, l’enseignant a partagé sur Facebook une photo de lui-même en train de dessiner l'interface de Microsoft Word sur le tableau. Cette photo a connu un succès instantané et a été partagée à de nombreuses reprises.
 
Impressionné par ses efforts, Microsoft a convié l’enseignant au programme Microsoft Exchange à Singapour où il a reçu une grande ovation. Le géant américain a également offert un laboratoire informatique moderne à cette école.
 
D'autres personnes et organisations qui ont été impressionnées par l'altruisme et la passion de l'enseignant ont aussi fait des dons d'ordinateurs portables au profit de ce lycée.
 
"L’histoire de ce professeur était très passionnante et j’ai pensé que Microsoft avait besoin de la connaître et de soutenir ses efforts", affirme Rebecca Enonchong, une entrepreneure de TIC d’origine camerounaise, qui a été la première à partager l'image de l'enseignant avec Microsoft.
 
"Je crois que ce n'est que le début. Je m’attends à ce qu’il y ait plus encore de soutien pour lui et ses élèves", ajoute-t-elle.
 
"Je ne m'attendais pas à ce succès après avoir posté la photo sur Facebook. J'aime faire des photos et j’avais fait celle-là un peu comme les autres ", s’étonne pour sa part Richard Appiah Akoto.
 

Priorité aux élèves

Maintenant, avec un laboratoire d'informatique entièrement équipé, le professeur revisite avec ses élèves tout ce qu'il avait déjà enseigné, cette fois avec un ordinateur.
 
"L'intégration de la technologie dans l'enseignement et l'apprentissage est au cœur de ce que nous faisons chez Microsoft en matière d’éducation. Plus important encore est de voir comment des enseignants peuvent se surpasser pour assurer de bons résultats aux élèves, quelles que soient les circonstances dans lesquelles ils se trouvent", déclare Lillian Nganda, directrice des communications chez Microsoft Afrique subsaharienne
 
"En tant que telle, l'innovation de Richard dans l'enseignement des TIC, malgré le fait qu'il n'eût pas d'ordinateur, n'était pas seulement une source d'inspiration pour nous, mais aussi une bonne leçon sur la priorité qui doit être accordée aux élèves en toutes circonstances", a-t-elle ajouté.
 
Emmanuel Bafoe, un élève du lycée se souvient que la première fois où il a été en contact avec un ordinateur a eu lieu quand il en avait trouvé un, abîmé et abandonné dans une décharge.
 
"Maintenant que nous avons accès aux ordinateurs, nous ne rencontrons plus les difficultés que nous avions lorsque nous avions des leçons de TIC", dit-il avec un doux sourire.
 
"Je n'avais jamais vu d'ordinateur avant que certains ne soient offerts à notre école. Maintenant, je comprends mieux le cours avec ces machines", confie pour sa part Augustina Konlan, une élève de 4ème.
 

Une pierre comme souris

Les étudiants du lycée Betenase M/A JHS ne sont pas les seuls à rencontrer un tel problème. Alex Obiri, enseignant au lycée Nkwakubew Presby dans la région orientale du Ghana, dit que cette école a une salle de classe convertie en laboratoire informatique mais, sans ordinateur.
 
Les TIC sont une exigence pour tous les élèves de JHS en fin de cycle pour les examens de fin d'année, le Basic Education Certificate Examination  (BECE) ; et ces élèves sont désavantagés, parce qu'ils manquent d'ordinateurs.
 
L'année dernière, les citoyens avaient été choqués par une vidéo virale d'un enseignant utilisant une pierre pour simuler une souris d'ordinateur lors d'une leçon sur les TIC .
 
Cette histoire avait relancé le débat autour de l'état de l'éducation aux TIC au Ghana et beaucoup avaient exhorté le gouvernement à combler le fossé numérique en fournissant aux écoles des ordinateurs.

Thèmes apparentés