Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] L'intensification agricole entraîne rarement des bénéfices simultanés pour les services écosystémiques tels que la biodiversité et le bien-être humain, affirment des chercheurs.

Dans une étude publiée dans la revue Nature Sustainability, qui comportait l'analyse de 60 études de cas de pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, ils ont trouvé que moins de 20% des cas présentaient des avantages pour ces deux résultats.

L'intensification agricole – ensemble d'activités qui visent à accroître la productivité ou la rentabilité des terres agricoles - tend à devenir une priorité pour la production alimentaire durable.

Mais selon les auteurs, un certain flou a longtemps entouré les moyens d'obtenir des résultats positifs dans différentes régions.
Ce fossé en matière de connaissances les a motivés à analyser le double impact de l'intensification agricole dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Les résultats, publiés le mois dernier (14 juin) dans la revue Nature Sustainability, sont basés sur 53 articles revus par des pairs, publiés de 1997 à 2017, avec 15 études de cas sur 60 concernant les pays africains : Ethiopie, Madagascar, Niger, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Ouganda et Zambie.

L'équipe de chercheurs a analysé le bien-être en utilisant des indicateurs tels que le revenu, l'éducation, la santé et la sécurité alimentaire.
Les services écosystémiques ont été évalués avec des indicateurs incluant la biodiversité, le patrimoine culturel et la purification de l'eau.

“Le changement est souvent induit ou imposé pour les groupes de population les plus vulnérables, qui manquent souvent d'argent ou de sécurité foncière.”

Laura Vang Rasmussen, Université de Colombie-Britannique

"Seulement 17% de nos cas ont été catégorisés comme présentant globalement des résultats positifs pour les écosystèmes et le bien-être", écrivent les auteurs dans la revue.
 
Dans le cas de la biodiversité, alors que seulement 12% des cas ont eu des résultats positifs, 45% ont eu des résultats négatifs.

Selon Laura Vang Rasmussen, auteure principale de l'étude et boursière postdoctorale au département des sciences forestières et de conservation de l'Université de Colombie-Britannique au Canada, bien que l'intensification agricole soit souvent considérée comme l'épine dorsale de la sécurité alimentaire, la réalité est qu'elle entrave régulièrement les conditions de durabilité telles que la biodiversité, la formation des sols et la régulation de l'eau, qui peuvent être critiques pour soutenir une production alimentaire stable à long terme.

En Éthiopie, par exemple, l'intensification de la production de café conduite par les investisseurs et les entreprises publiques contribue à réduire l'accès et la disponibilité des services écosystémiques - ce qui a des répercussions négatives sur le bien-être des groupes minoritaires locaux.

Selon Mme Rasmussen, les pays africains doivent examiner comment l'intensification est introduite, qu'elle soit ou non initiée par les agriculteurs eux-mêmes.

"Le changement est souvent induit ou imposé à des groupes de population plus vulnérables qui manquent souvent d'argent ou de sécurité foncière pour assurer le fonctionnement de ces changements", dit-elle.

La chercheuse explique que les petits exploitants dans les cas étudiés luttent souvent pour passer de la subsistance à l'agriculture commerciale, et les défis induits ne sont actuellement pas bien reflétés dans de nombreuses stratégies d'intensification.

Phil Dobie, chercheur principal au World Agroforestry Centre, dont le siège est au Kenya, estime pour sa part que cette étude est importante, eu égard à son objectif d'étudier comment parvenir à une intensification durable, ce qui, selon lui, est un terme mal défini.

C'est un terme qui a été négocié pendant la période qui a précédé la mise en place des objectifs de développement durable et qui représente une aspiration mais ne fournit pas de moyens, ajoute-t-il.
 
"Il est possible que l'aspiration à une intensification agricole avec protection simultanée de l'environnement et amélioration du bien-être humain ne soit atteinte que... dans des économies qui fournissent les moyens nécessaires pour améliorer le bien-être humain", ajoute Phil Dobie. Il estime en outre que s'appuyer uniquement sur le secteur agricole rendra impossible l'intensification agricole.

Cet article a été rédigé par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net.


Références

Laura Vang Rasmussen and others Social-ecological outcomes of agricultural Intensification (Nature Sustainability, 14 June 2018).