Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Un projet visant à accroître l’engagement des jeunes dans la croissance économique du Sénégal, en agissant sur le levier de l’agriculture, de la formation et de l'innovation, a été lancé ce 22 mai 2018 à Diamnadio, au Sénégal.

Dénommé Feed the Future Senegal Jeunesse en Agriculture, le projet a une durée de cinq ans (2018 - 2022), avec un budget de 4 millions de dollars (plus de 2,2 milliards de FCFA).

Il est financé par le gouvernement américain, par le biais de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et mis en œuvre par le Centre international pour la recherche, l’éducation et le développement de Virginia Tech, une université publique américaine basée dans l'Etat de Virginie, aux Etats-Unis.

“La participation des femmes et des jeunes filles est devenue un facteur essentiel, pour avoir une agriculture inclusive.”

Bineta Guisse, spécialiste en développement communautaire et questions de genre

"Feed the Future Senegal Jeunesse en Agriculture est un programme qui vise à créer des emplois et des opportunités pour la jeunesse, dans le secteur de l’agriculture", a déclaré à SciDev.Net Kitty Andang, directrice adjointe de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) au Sénégal.

Kitty Andang précise que "ce programme fait partie de la seconde phase du programme mondial Feed the Future, une initiative du gouvernement américain sur la famine et la sécurité alimentaire, qui a pour objectif de réduire les cas de malnutrition et de développer l’agriculture dans le monde entier."

Lancé en 2010 en réponse à la crise mondiale des prix des aliments entre 2007 et 2008, le projet Feed the Future est une initiative-phare de l’administration Obama pour lutter contre la faim et l’insécurité alimentaire dans le monde, en s'appuyant sur des données scientifiques probantes.

Pour cette seconde phase, douze pays ont été retenus parmi lesquels, le Sénégal, le Bangladesh, l'Ethiopie, le Ghana, le Guatemala, le Honduras, le Kenya, le Mali, le Nepal, le Niger, le Nigeria, l'Ouganda et le Sénégal.

Au Sénégal, ce projet sera mis en œuvre dans huit régions : Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, St Louis, Fatick, Kaolack, Matam et Kaffrine.

Senegal Regions
Les huit régions du Sénégal où le projet Feed the Future va s'implanter - SciDev.Net.

Selon Bineta Guisse, spécialiste en développement communautaire et questions de genre et représentante nationale du projet Éducation et recherche en agriculture de l’USAID (USAID/ERA), "la participation des femmes et des jeunes filles est devenue un facteur essentiel sur lequel il faut travailler, pour avoir une agriculture inclusive."

Le projet s’est donné pour objectif d’atteindre au moins 22.000 jeunes, dont 60% au moins de femmes.

Thomas Archibald, directeur du projet Feed the Future Senegal Jeunesse en Agriculture, rappelle pour sa part que l'initiative a deux composantes principales liées.

"La première est d’établir et d’institutionnaliser un programme de développement positif des jeunes (DPJ) au Sénégal appelé 4H (Head, Heart, Hands, Health) et inspiré d’un programme similaire existant aux États-Unis depuis 100 ans", fait-il savoir.

"La deuxième consiste à promouvoir les innovations avec les centres de formation professionnelle pour mieux tisser les liens entre la formation et le marché du travail dans la chaîne de valeur agricole", poursuit-il.

En somme, il s’agit d’aider les jeunes à acquérir et développer les compétences dont ils ont besoin pour évoluer dans leur environnement et de les préparer à l’emploi et à l’entreprenariat dans le domaine agricole.

Le directeur général de la Recherche et de l’innovation du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) du Sénégal, Amadou Thierno Gaye, a tenu à préciser que ce projet faisait suite au projet Education et recherche en agriculture (ERA), qui a permis à l’ensemble du système de l’enseignement supérieur de traduire dans les faits la nouvelle mission de service à la communauté qui lui a été assignée.

Amadou Thierno Gaye a également rappelé au passage que "le projet ERA a accompagné l’essentiel des universités sénégalaises dans la mise en place de filières en agriculture et transformation agro-alimentaire."
 
Approche inclusive

Feed the Future Senegal Jeunesse en Agriculture intervient dans le cadre du Projet d’appui aux politiques agricoles (PAAP), une initiative du gouvernement sénégalais.

"On travaille avec le gouvernement du Sénégal pour soutenir les objectifs qui sont déjà développés dans le Plan Sénégal émergent (PSE) et tous nos programmes en agriculture sont basés sur ses objectifs", explique Kitty Andang.

Cette approche inclusive a par ailleurs permis de collaborer avec le ministère de l’Enseignement supérieur, la société civile et les jeunes.

Thomas Archibald souligne cependant certains défis qu’il faudra surmonter.

Il cite en premier lieu la motivation des jeunes eux-mêmes à s’intéresser à la filière agricole.

L’accès aux financements et surtout l’accès des jeunes aux terres cultivables constituent les deux autres défis majeurs qu’énumère Thomas Archibald.

Le responsable américain estime toutefois que les initiateurs du projet travaillent en étroite collaboration avec les pouvoirs publics pour lever toutes ces barrières.

Plus de 800 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Selon la FAO [1], à l’horizon 2050, la population mondiale passera le cap des 9 milliards et garantir la sécurité alimentaire pour tous constitue un défi majeur, qui passe par l'augmentation de 70% de la production agricole.

Références

[1] How to feed the world – FAO